Le Burkina Faso, quelques chiffres pour planter le décor :

Superficie : 274 200 km²,
Densité : 44 hab./km²,
Frontières terrestres : 3 192 km (Mali 1 000 km ; Niger 628 km ; Côte d'Ivoire 584 km ; Ghana 548 km ; Bénin 306 km ; Togo 126 km),
Littoral : 0 km,
Extrémités d’altitude : + 200 m > + 749 m.

Géographie :

Le Burkina Faso est situé au cœur de l'Afrique occidentale. Pays sahélien enclavé, il a une superficie de 274.200 km² et partage ses frontières avec la Côte d'Ivoire au sud-ouest, le Ghana et le Togo au sud, le Bénin au sud-est, le Mali au nord-ouest et le Niger à l'est et au nord-est. Il s'étend sur 625km du nord au sud et sur 850 km de l'est à l'ouest.
Le Burkina Faso qui fait partie d'une zone définie appelée le Sahel (en arabe : le rivage) constituée de steppes et de savanes, autrefois connues sous l'appellation générique de Soudan (en arabe : Pays des noirs). Cette vaste région, située entre 18°et 12° de latitude nord, s'étend de l'Atlantique à la Mer Rouge. Le Burkina Faso est partie prenante de cette région "pré-désertique", mais est néanmoins irrigué par trois rivières la Volta Noire, la Volta Blanche et la Volta rouge. Elles tirent leur nom du premier visiteur, un Portugais, qui baptisa le fleuve rencontré "Volt " (littéralement "la rivière du retour"), dans l'espoir qu'il pourrait retourner vers sa mère patrie, ayant pensé qu'il s'agissait d'une contrée d'anthropophages. Ces trois rivières prennent donc leur source sur le plateau burkinabè, dénommé "Haute Volta" par l'administration coloniale française, lors du découpage du "Haut Sénégal - Niger".
La dénomination actuelle du pays, le "Burkina Faso" remonte à 1984. Le régime révolutionnaire du Président Thomas Sankara choisit un nom tiré des trois principales langues locales. Le Faso est la "maison paternelle", en langue dioula et, par extension, la République. Burkina signifie "intègre", en langue mooré. Le nom des habitants du Burkina Faso est forgé à partir du suffixe fulfuldé - bé pour donner le substantif et l'adjectif Burkinabé, invariable au féminin et au pluriel.

 

Agrandir la carte

La capitale, Ouagadougou, est située sur le plateau central. Agglomération de plus d’un million et demi d'habitants. La ville est parcourue par d'innombrables mobylettes, qui assurent un transport plus souple que les autobus, mais qui sont la source d'une pollution importante résultant d'un excédent d'huile dans le mélange des moteurs deux temps. La croissance rapide de la population, dans une région défavorisée par la nature, pose de graves problèmes d'alimentation électrique (pas d'interconnexion avec les pays de la Côte devenus récemment producteurs de pétrole et de gaz) et d'alimentation en eau potable (la construction de nouveaux barrages et de réseaux d'adduction d'eau est de plus en plus coûteuse).
L'enclavement du pays est l'un des principaux obstacles au développement économique. Le Burkina ne dispose d'aucun débouché sur la mer et y communique par l'intermédiaire des pays voisins côtiers. Malgré les désavantages induits par cette situation géographique, le Burkina Faso est un carrefour d'échanges de la sous-région, notamment dans les relations entre les pays sahéliens enclavés (Niger et Mali) et les pays côtiers. Du fait de sa position géographique et de la faiblesse de ses revenus), le Burkina Faso joue un rôle particulier dans les économies de l'Afrique de l'Ouest où il est considéré comme un "réservoir de main d'œuvre".

L'heure de Ouagadougou est en permanence celle de GMT. Il y a donc avec la France un décalage d'une heure en plus, en hiver, et de deux heures en été.

Climat :

Le Burkina Faso possède un climat tropical de types soudano-sahélien ( caractérisé par des variations pluviométriques considérables allant d’une moyenne de 350 mm au Nord à plus de 1000 mm au Sud-ouest) avec deux saisons très contrastées : la saison des pluies avec des précipitations comprises entre 300 mm et 1200 mm et la saison sèche durant laquelle souffle l’harmattan, un vent chaud et sec, originaire du Sahara. La saison des pluies dure environ 4 mois, entre mai-juin et septembre, sa durée est plus courte au nord du pays.
On peut donc distinguer trois grandes zones climatiques :

  • zone sahélienne au nord du pays : moins de 600 mm de pluviométrie par an et amplitudes thermiques élevées (13 à 45 degrés).
  • zone soudano-sahélienne entre 11° 3' et 13° 5' de latitude Nord. C’est une zone intermédiaire pour les températures et les précipitations.
  • zone soudano-guinéenne au sud du pays : plus de 900 mm de pluie par an et des températures moyennes relativement basses.

On distingue deux saisons inégales :

  • Une saison d'hivernage très courte de 3 à 4 mois (juin à septembre).
  • Une saison sèche de 8 à 9 mois (octobre à juin).

La rareté et la mauvaise répartition des pluies provoquent des migrations de plus en plus fortes des populations principalement du Nord et du centre vers les villes, le Sud-ouest du Burkina Faso et les pays de côte. L’évaporation moyenne annuelle est estimée à 3 000 mm et la recharge annuelle de la nappe souterraine à 40 mm.

(Source : Wikipédia)

 

La météo au Burkina Faso

 

 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2015 - Sitemap