ENVIRONNEMENT

Soutien à l'amélioration de l'environnement
Des vélos pour les femmes de la brousse

FINANCER LE CREUSEMENT D’UN PUITS POUR LE VILLAGE DE KAWA-HAUT (TOGO)

I. Le projet :

Situation géographique : Le village de Kawa-Haut, proche de la frontière béninoise, est rattaché à la commune de Pouda,  à l’est de la ville de Niamtougou dans la partie nord du Togo.

II. Constat :

Ce village situé sur une colline est d’un accès difficile, (une heure de marche par un sentier qui ne permet l'accès à aucun véhicule).

Son seul approvisionnement en eau se limite à un trou creusé à même le sol, rempli d’eau souillée par les animaux qui viennent s’y abreuver.

Les conséquences de ce déficit en eau potable sont dramatiques pour la population ; on compte plus de vingt-cinq décès d’enfants chaque année liés à ce problème. Les maigres ressources des familles de paysans ne leur permettent pas d’investir dans la réalisation d’un puits et les services de l’Etat restent sourds aux diverses demandes. Ce village possède une école, d’initiative locale, qui faute de budget, n’a pu obtenir de poste d’enseignant. Les cours sont dispensés par deux jeunes « volontaires de l’éducation »  qui ont fait le choix du bénévolat. Malgré l’extrême pauvreté, la population s’est mobilisée pour leur assurer l'hébergement et un repas quotidien (riz et mil).

III. Objectif :

L’association Kan kélé a décidé de s’engager pour assurer et suivre sur place la construction d’un puits en eau potable de 12 à 15 mètres de profondeur.

Avec l’aide d’une communauté de « Frères des campagnes » située à quelques kilomètres, nous avons pu faire réaliser une première étude de faisabilité par un puisatier local. Le puits sera entièrement busé et équipé d’un couvercle à charnières, en tôle très épaisse.
La population est prête à apporter son aide physique pour assurer, le transport « sur tête » des matériels et matériaux depuis le pied de « la montagne » jusqu’à son sommet où se trouve implanté le village, et l’évacuation des roches et du foisonnement.

Suite à l’étude sur le terrain, l’implantation du puits se fera à proximité de l’école. Cette position assez centrale favorisera l’approvisionnement en eau potable des diverses familles et des enfants de l’école.

Les « frères des campagnes » ont fait établir un devis dont le montant total s’élève à 1 940 000 Francs CFA ( pour information 100 Francs CFA = 1 Franc de nos anciens Francs) ce qui représente en Euros, un budget d’environ 3000€. Cette somme est supérieure à celle que nous avions prévue, mais compte tenu de l’enjeu, nous ne voulons pas renoncer et mobilisons tous nos efforts en ce sens afin que les travaux puissent commencer vers la fin du mois de décembre 2009

L’association Kan Kélé  fonctionnant sur le principe d’un bénévolat total, les membres de l’association qui assureront le suivi et le contrôle du projet en 2010, prendront à leur charge, leurs frais d’hébergement et de transport aérien.

IV. Le bilan :

Janvier 2010 : les travaux du puits ont commencé, et les premiers résultats sont très encourageants : à 6 mètres de profondeur, il y a déjà 2,80 m d'eau ! Par mesure de sécurité, nous avons demandé de suspendre les travaux jusqu'à la mi-mars, de façon à pouvoir vérifier la stabilité du niveau. A partir de cette période , le puits sera vidé entièrement et les travaux reprendront jusqu'à la profondeur de 12 mètres pour que le puits puisse être fonctionnel toute l'année même en saison sèche.

Juin 2010, le puits est terminé, nous recevons les photos début octobre. La vie du village a changé.

Début 2011, nous assurerons une visite de contrôle pour  contrôler la qualité du travail effectué et le bon fonctionnement de ce puits.

Il reste encore trois points d'eau à assainir, en contrebas du village, pour éviter que les animaux viennent les souiller.

Début 2011, le contrôle sur place a été réalisé, le puits fonctionne à merveille et les trois points d'eau supplémentaires ont été assainis. Les résultats sont édifiants, avant la construction du puits en eau potable, 25 enfants décédaient chaque année, début 2011, un seul décès était à déplorer. Pour reprendre les paroles des femmes du village :" grace à vous nous sommes fières de ne plus avoir à partager la même eau que les animaux!"

Les trois "trous d'eau" situés en périphérie du village ont également été assainis et permettent maintenant aux habitants de puiser une eau protégée des souillures d'animaux et bonne à  la consommation.

 

SOUTIEN MATÉRIEL A L’ASSOCIATION DES FEMMES VOLONTAIRES DE TOUSSIANA (Burkina Faso)

I. Le constat :

Deux cents femmes volontaires se sont regroupées en association pour assurer bénévolement le nettoyage des lieux publics de la commune. Chaque matin, elles s’organisent en groupes et se retrouvent dès 5 heures devant l’hôpital, le collège, la préfecture, le poste de police, etc.  Le budget communal, trop faible, ne permet ni de leur verser une rémunération, ni de leur fournir des outils de travail. Les seuls équipements dont elles disposent sont de petits balais qu’elles ont confectionnés elles-mêmes. Leur Présidente est venue solliciter l’aide de Kan Kélé pour quelques équipements (brouettes, râteaux, pelles et gilets fluos pour être visibles de nuit au bord de la nationale.)

Nous pensons que leur détermination et leur courage méritent une aide. Nous avons donc proposé au Maire de Toussiana le marché suivant : la commune fait l’effort d’équiper tous les lieux publics en bidons poubelles et de son côté, l’association Kan Kélé fournira, en fonction de ses moyens, partie ou totalité des équipements demandés.

II. Le bilan ;

Février 2010 : L'association Kan kélé a pu offrir grâce à ses adhérents : des  brouettes, des râteaux, des pelles, des balais et 200 gilets de sécurité fluorescents.

 

SOUTIEN A L’AMÉLIORATION DE L'ENVIRONNEMENT

Janvier 2011 : Création d'un "jardin verger" et équipement en petit matériel pour un groupement de paysans dans le village de Kawa-bas (Togo)

 

SOUTIEN AU FEMMES LES PLUS ÉLOIGNÉES DANS LES VILLAGES DE BROUSSE

Décembre 2011 : Apport de vélos pour les femmes les plus éloignées en brousse sur les villages de Wempéa 2 et Koupégué (Burkina Faso)

 

SOUTIEN A L’AMÉLIORATION DE L'ENVIRONNEMENT

Janvier 2012 : Création d'une pépinière de reboisement pour le village de Kawa-bas (Togo)

Décembre 2012 : La mobilisation des élèves de terminale de la Maison Familiale Rurale de Cussac, à permis d'organiser la création d'un jardin communautaire et d'équiper en matériels de jardinage, neuf familles du village de Kawa-bas. Si l'expérience s'avère positive, elle sera développée sur une plus grande échelle.

 


 

 
 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2015 - Sitemap