Méthode traditionnelle de fabrication du beurre de karité.

Les noix de Karité, fruits de l’arbre Karité, sont récoltées de la mi-juin à la mi-septembre.

Les noix de karité sont sélectionnées, puis lavées à la main. La pulpe qui les entoure est retirée, pour ne conserver que la noix. Elles sont ensuite séchées au soleil.

La phase suivante est le concassage grossier des noix de karité, dans un mortier, au pilon, mais maintenant le plus souvent réalisé avec un broyeur.

Une fois cette étape passée, on passe à la torréfaction des « amandons », dans un bidon au dessus d’un foyer, tourné en permanence pour éviter le brûlage.

On les laisse ensuite refroidir étalés sur le sol.

Une nouvelle étape de pilonnage est alors effectuée. Elle va aboutir à la production d'une pâte épaisse, mais liquide, de couleur brun foncé. Cette étape longue et pénible est de plus en plus réalisée à l'aide d'une machine.

On procède ensuite au "barattage" : la pâte est mélangée à de l'eau...

...puis  brassée à la main pendant plus d’une heure...

Le but est d'obtenir une pâte claire en surface.

La phase finale consiste à réchauffer doucement cette pâte dans une marmite afin de faire tomber les impuretés au fond et séparer le beurre de karité de l’eau pour le récupérer en surface.

La fabrication artisanale du beurre de karité est un processus long,

fait de  nombreuses étapes, fatigant pour les ouvrières.

Il donne un beurre de karité de très bonne qualité.

 

 
 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2015 - Sitemap