Nouvelles d'Afrique


Vendredi 2 décembre :

Comme convenu, nous retrouvons  dans la matinée, le convoi, toujours immobilisé chez Alain Seignol, dans l'attente des derniers papiers des douanes, qui l'autoriseront à circuler librement sur le territoire burkinabé. En début d'après midi, enfin tout est en règle ! Nous pouvons alors reprendre la route de Toussiana avec le chargement de « Kan Kélé ». Au passage, nous récupérons à la gare routière les cinq adhérents qui ont fait le voyage par avion.

Après avoir parqué le camion à l'hôpital de brousse au « bord du goudron »,  nous prenons la piste (toujours en aussi mauvais état!), pour arriver à Wempéa 2 juste avant la tombée de la nuit. Après les salutations d'usage et les embrassades, chacun trouve sa place dans les différentes cases prévues pour l'accueil du groupe et l'on peut passer à table...

...pour aller ensuite prendre un repos salutaire, sous un ciel étoilé magnifique, loin de la pollution de Bobo Dioulasso.

Samedi 3 décembre :

Après une bonne nuit (un peu fraîche... à 15°), ponctuée régulièrement par le chant des coqs, et un petit déjeuner préparé par les femmes de Nicodème, nous reprenons la piste en sens inverse pour rejoindre l'hôpital de brousse et décharger le camion de son contenu.





Deux vélos destinés au Togo, sont amarrés, sur une galerie bricolée sur le toit de l'ambulance.

Tout le matériel est stocké dans un bâtiment sécurisé, dans l'attente de la cérémonie de remise qui aura lieu mardi après-midi en présence de madame la Préfète, des administrés, chefs coutumiers et médias régionaux.

La machine à coudre familiale offerte par Jeannot, est récupérée par Lassina le tailleur, qui s'empresse de la transporter à son petit atelier... sur sa mobylette !

Cette machine, va permettre d'assurer la formation de jeunes, garçons et filles du village, au métier de couturier- tailleur.

Le maire de Toussiana, venu nous saluer et remercier l'ensemble des acteurs pour l'aide apportée chaque année à sa commune, nous invite à prendre un repas, spécialement préparé à notre occasion.


Dimanche 4 décembre :

Le jour n'est pas encore levé, que le groupe du convoi est déjà sur le « pied de guerre » au petit déjeuner, pour reprendre la route vers Bobo Dioulasso , puis Doudou, où le matériel destiné à l'hôpital de brousse sera déchargé dans l'attente de notre arrivée avec l'ambulance.

Malgré que l'on soit dimanche, dès le lever du soleil, profitant de la fraîcheur matinale, les hommes se mettent au travail pour battre les pois de terre de façon à les séparer de leur coque.

Dans un autre coin de la cour, les enfants font leurs révisions d'école sous la conduite d'une « grande ».

Dans les cases, les femmes du groupe Kan Kélé, s'affairent à garnir les sacs fabriqués par nos « mamies couture » pour les 70 enfants parrainés.

Plus tard, dans l'après-midi, nous rencontrons Seïdou, le préposé aux petits soins locaux, à qui nous remettons un nouveau stock de produits de désinfection et premiers soins (merci Marie-Luce...) Marianne, ancien cadre infirmier, se charge de renouveler les consignes sur l'organisation des soins.

Nous sommes impressionnés par la qualité du cahier de suivi de soins que nous avions mis en place l'an dernier.

 
 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2015 - Sitemap