Nouvelles d'Afrique


Le 17 janvier nous quittons Doudou à l'aube pour rejoindre la communauté villageoise de Guié. Il nous faudra pas moins de 5 heures sur une piste très poussiéreuse, dont  la largeur est parfois limitée au passage des motos, pour atteindre notre destination.

Progressivement les superbes paysages font place au terrain aride du Sahel.

A l'arrivée, notre couleur de peau et celle de nos cheveux ont pris une curieuse teinte cuivrée... la bouche est pâteuse, comme si nous avions mangé la poussière à la petite cuillère. Une bonne douche au seau est des plus appréciées.
Nous sommes chaleureusement accueillis par deux responsables du centre. Leur joie et celle des villageois est manifeste, l'ambulance tant attendue, dont l'arrivée avait dû être différée d'un an à cause des événements du Mali, est enfin là !
Le lendemain matin, les dix chefs de village de la communauté, ainsi qu'une délégation de femmes, viennent nous remercier.  L'information de notre arrivée n'ayant pu être transmise à Guié que très tardivement, nombreux sont ceux qui n'ont pu en être informés et les chefs ne savent comment s'en excuser.

Lors de la visite de l’ambulance, c'est l'émerveillement total, jamais ils n'avaient imaginé qu'un véhicule puisse avoir tant d'équipements à son bord ! (pompe à eau sur les bidons, éclairage intérieur, une vraie civière, un gyrophare et des trompes de signalisation...)

Des médicaments et du matériel médical sont également offerts pour compléter les équipements de la maternité.
Après la cérémonie, nous visitons la pouponnière de l’orphelinat et la maternité. C'est l'occasion de déposer brassières et magnifiques couvertures confectionnées par des adhérentes aux mains habiles.

Dimanche matin, nous quittons Guié pour rejoindre Ouagadougou, où d'autres tâches nous attendent, et plus particulièrement la réalisation de nos visas pour le Togo.

 
 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2015 - Sitemap