Nouvelles d'Afrique


Lorsque nous avons quitté le poste de gendarmerie de Nioro du sahel vers 7 heures ce matin, nous avions comme objectif d'aller jusqu'à Bamako. Mais la route étant bonne, à midi, les faubourgs de la ville étaient en vue. Nous avons donc décidé de pousser jusqu'à Ségou.

La traversée de Bamako est toujours un sport à la limite de l'extrème et le nuage de pollution ne fait qu'augmenter.

Après une heure de slalom entre les mobylettes, les voitures, les bus, et le reste (carrioles à ânes, ...) nous retrouvons une route plus tranquille vers Ségou.

Premiers baobabs : nous sommes bien au Mali !

Après une "petite" journée de route de 650 km "seulement", nous atteignons le paradis en trouvant une chambre confortable et une douche bien chaude.

 
 Revenir en haut de la page 
Association Kan Kélé, Réalisé par Jidé - 2008/2018